Le guide de votre bien-être à domicile

Plante dépolluante

Les plantes dépolluantes, comment ça fonctionne ?

plante dépolluante

© Studiophotopro - Fotolia.com

Jusqu'à récemment, les plantes servaient uniquement d'éléments décoratifs dans nos intérieurs. Mais depuis que leurs propriétés dépolluantes ont été avérées et reconnues, notamment pour éliminer la nicotine, elles envahissent nos habitations en tant que "purificateurs naturels" d'air.
  1. Plantes dépolluantes, comment ça marche?
  2. La plante dépolluante, un purificateur d'air ?
  3. Comment maximiser la dépollution pas les plantes ?

Plantes dépolluantes, comment ça marche?

Les plantes dépolluantes ont la particularité de retenir et de synthétiser les polluants volatils de notre habitation. Elles ont la capacité de stocker certains composés organiques volatils toxiques dans leurs cellules. C'est l'ensemble de la plante (feuilles, racines, substrat) qui absorbe, stocke et transforme les polluants de l'air. Ces polluants sont ingérés et convertis en produits organiques par les micro-organismes (bactéries, champignons...) présents dans la terre et les racines. En échange, les plantes transpirent en émettant de la vapeur d'eau, qui contribue à la régulation de l'humidité de notre intérieur. C'est grâce à leur métabolisme particulier d'absorption et d'accumulation que les plantes dépolluantes permettent d'assainir l'air ambiant. Plus les plantes sont grosses, plus les feuilles sont larges et plus l'échange gazeux est important.

Les vertus assainissantes des plantes dépolluantes

L'aloé vera est considérée depuis l'antiquité comme la plante aux milles vertus. Elle est efficace contre le monoxyde de carbone, le benzène, le toluène et des nombreux allergènes, notamment les acariens. De même, le chlorophytum fait partie des plantes dépolluantes par excellence car elle absorbe 96 % des émissions de monoxyde de carbone présent dans l'air, ainsi que le formol.

Parmi les plus connues, on trouve notamment l'azalée, le chlorophytum, le chrysanthème, le ficus, la fougère, le lierre, le palmier, la dracaena, le philodendron ou le poinsettia. Elles agissent sur les polluants répandus comme le formaldéhyde (formol), le monoxyde de carbone, le toluène, l'ammoniac ou le benzène, émis par les solvants, les peintures, le mobiliers, les appareils de chauffage, les cigarettes... Les plantes dépolluantes sont reconnues pour leur efficacité purifiante de l'air intérieur.

La plante dépolluante, un purificateur d'air ?

Contrairement aux idées reçues, il est tout à fait possible de dormir dans une chambre où se trouvent des plantes. En effet, bien que les plantes respirent tout comme nous, les quantités d'oxygène consommées sont trop faibles pour avoir une incidence. En réalité, les plantes produisent plus d'oxygène qu'elles ne rejettent de gaz carbonique. En effet, la plante rejète du gaz carbonique la nuit, qu'elle réabsorbe en journée pour produire de l'oxygène, grâce à la photosynthèse. Donc, la plante permet à l'air intérieur de se régénérer. Elle joue donc le rôle de purificateur d'air. Attention tout de même, une plante ne remplace pas une aération régulière de l'habitation.

Comment maximiser la dépollution pas les plantes ?

Généralement, il est conseillé de placer une plante dépolluante tous les 9/10m2 au sein d’un intérieur clos. Il ne faut pas hésiter à en mettre dans toutes les pièces de la maison, en choisissant la plante en fonction des polluants à éliminer. De même, il est nécessaire de prendre soin de sa plante pour pouvoir bénéficier de ses effets dépolluants. Il faut donc prendre connaissance des besoins de la plante en eau, en température et en lumière, afin de la placer dans la pièce où elle s'épanouira le mieux. Les effets purificateurs n'en seront que meilleurs.